Inventaire fédéral des voies de communication historiques de la Suisse (IVS)

En laissant des traces qui remontent à leur origine, les voies de communication historiques relient le passé au présent. Le but de l’Inventaire fédéral des voies de communication historiques de la Suisse (IVS) est de conserver et d’entretenir ces importants témoins de l’histoire.

Un exemple : De magnifiques ponts historiques dans un espace restreint

Klosterbrücke / Ponte del monastero
Klosterbrücke / Ponte del monastero
Klosterbrücke / Ponte del monastero
«Gwagglibrugg»
«Gwagglibrugg»
«Gwagglibrugg»
«Gwagglibrugg»
previous arrow
next arrow
 
 
 

Deux ponts historiques très importants pour le canton d’Argovie se trouvent à proximité de l’abbaye de Wettingen. Il y a d’une part le « Klosterbrücke », construit en 1819, qui relie Wettingen à Neuenhof. D’autre part, le « Gwagglibrugg », datant de 1863, enjambe la Limmat à environ 500 mètres en aval. Celui-ci fait partie des plus anciens ponts suspendus de Suisse. Les deux ouvrages bâtis ont été remis en état pratiquement en même temps.

Le « Klosterbrücke », classé comme voie de communication historique d’importance nationale, est situé en-dessous du barrage de régulation près de l’abbaye de Wettingen. Il est composé d’un pont en fer riveté long d’environ 20 mètres et d’un pont en bois de presque 40 mètres qui forment un ensemble. Dès le XIIIe siècle, un bac reliait à cet endroit les deux rives de la Limmat. En 1766, l’abbé du monastère a ordonné la construction du premier pont en bois d’une longueur de 60 mètres. Toutefois, ce pont a été la proie des flammes en 1799 lorsque les troupes françaises lui ont bouté le feu.

En 1819, un nouveau pont en bois a été bâti au-dessus de la Limmat. Il était composé de deux segments (travées) et d’un pilier central fixé dans la Limmat. Aujourd’hui, il n’en reste plus que la construction en bois qui se trouve en aval sur la rive gauche de la Limmat. La travée en bois originale de la rive droite a été endommagée en 1886 et remplacée par une construction métallique rivetée. C’est ainsi qu’est né le « pont patchwork » en bois et en fer.

Le « Klosterbrücke » est classé monument historique cantonal depuis 1971 et répertorié dans l’inventaire des voies de communication historiques comme liaison nationale importante avec beaucoup de substance historique. Aujourd’hui, le pont est réservé uniquement à la mobilité douce. Les dommages ayant pris de plus en plus d’ampleur ces dernières années, une remise en état complète des ponts en bois et en fer était devenue une nécessité. L’OFROU y contribue par le biais d’une aide financière.

Nouveau rivetage de la construction en fer

Dans un premier temps, le pont en bois a été remis en état en 2020. Aujourd’hui, il a retrouvé sa splendeur d’antan et brille à nouveau de mille feux. En 2021, on s’est attaqué au pont en fer de la rive droite. Les structures porteuses de 130 ans étaient en très mauvais état. En accord avec le service de conservation des monuments historiques du canton d’Argovie, la construction en fer a été entièrement démontée et nouvellement rivetée.

Étant donné qu’il était impossible de procéder à une remise en état sur place, le pont a été démonté en une pièce et transporté à Villmergen où il a été désassemblé par des spécialistes dans une usine de sablage. Les éléments encore fonctionnels ont été sablés et recouverts d’une nouvelle couche. Ensuite, les éléments ont été assemblés au moyen de rivets fabriqués à la main. Le pont conserve ainsi son apparence originale. Le procédé utilisé lors de cette remise en état démontre qu’il est possible de concilier des questions liées à la conservation des monuments et des arguments « solides » relatifs à la stabilité du pont à long terme.

Remise en état du « Gwagglibrugg »

20210201 AG Wettingen Paul Fischer Bruecke hsc 27À quelques encablures de là, le « Gwagglibrugg » (pont Paul-Fischer) a aussi été remis en état en 2021. Le pont suspendu au-dessus de la Limmat a été commandé en 1863 par Johann Wild, propriétaire de la filature de Wettingen. Il permettait de réduire la distance entre l’usine et la maison des ouvrières et des ouvriers. Après plus de 100 ans, on a procédé à sa réfection en 1981/82 et sa sécurité a été à nouveau assurée. Une grande partie de la construction originale a pu être conservée. Toutefois, ces dernières années, la protection contre la corrosion du « Gwagglibrugg » s’est fortement détériorée et les éléments en bois avaient aussi subi les ravages du temps. C'est la raison pour laquelle les communes de Neuenhof et Wettingen ont décidé de remettre le pont en état, ce qui a permis d’éviter des dommages supplémentaires et de garantir la stabilité de cet ouvrage chargé d’histoire. (Fotos Slider: zweiweg / Foto du pont: Gruner)

 


 

Gros plan

Rapport d’activités voies de communication historiques

Le rapport d’activités voies de communication historique se penche sur l’origine de l’idée de l’inventaire fédéral des voies de communication historiques, l’élaboration de l’inventaire et sa mise en pratique à partir de 2010. Les nombreux projets décrits dans le rapport livrent un témoignage vivant de la diversité des objets de l’IVS. La Confédération, en collaboration avec les cantons, les communes, les organismes locaux privés, les concepteurs et les exécutants, fournit une contribution importante en faveur de la protection et la remise en état des voies de communication historiques.

Le rapport en allemand peut être téléchargé ici. La version en français et en italien sera publiée en automne 2022.

Report 540

Rapport sur l’état des lieux IVS

Les bases scientifiques de l’Inventaire fédéral des voies de communication historiques de la Suisse ont été élaborées de 1983 à 2003, l’ordonnance relative à l’Inventaire fédéral des voies de communication historiques OIVS est en vigueur depuis 2010. Les expériences faites avec la tâche de la Confédération, les retours des cantons et l’exigence du Conseil fédéral relative au suivi de l’inventaire dans un délai de 25 ans (article 5 OIVS) ont incité l’OFROU à effectuer une analyse de la situation. De plus, un expert externe de l’IVS a rassemblé les expériences et les opinions des principaux partenaires (services IVS cantonaux, offices fédéraux, organisations faîtières) dans le cadre d’un sondage. Le rapport se penche entre autres sur l’importance de l’inventaire pour la protection des biens culturels, son utilité sociale et économique ainsi que l’actualité et la praticabilité dans l’exécution.

Le rapport en allemand peut être téléchargé ici.

 

Demandes d'aide financière

Pour le traitement des demandes d'aide financière, le service fédéral chargé des voies de communication historiques a conçu un schéma de procédure et des formulaires.

 

Rapport explicatif sur l’OIVS

Le rapport explicatif sur « l’ordonnance concernant l’inventaire fédéral des voies de communication historiques de la Suisse (OIVS) » constitue les instructions indispensables à la mise en œuvre active de l’ordonnance et, partant, au succès des projet d’aide financière.